Tout de mon cru.

1.4.08

Bienvenu chez les Ch'tis II

Finale de la coupe de la ligue de football, on voit dans le virage une imposante banderole insultant les nordistes au nom du public parisien:

«Pédophiles, chômeurs, consanguins : bienvenue chez les Ch'tis»

[ http://www.lequipe.fr/Football/breves2008/20080331_080206Dev.html ]

Aux vues de l'invective, tout le monde prend la défence des Ch'ti-mis dont une image sympathique a été implantée aucours des mois précédents dans notre imaginaire collectif.

Le match étant une finale (perdue injustement par les Lensois...), les sanctions sportives infligées au PSG

[ http://www.lequipe.fr/Football/breves2008/20080331_173408Dev.html ]
[ http://www.lequipe.fr/Football/breves2008/20080331_131146Dev.html ]

ne constitueront pas une compensation suffisante pour les personnes insultées. Ça ne leur rendra pas leur coupe aux Sang & Or ! Le RCL déscendra probablement en Ligue 2 pour enfoncer encore un peu le clou de la victimisation.

Nous entendront alors une ribambelle de personalités (Papin, Aubry, Martel, Boon, Line Renaud, Ribery...) représentants (auto-proclamés ou proclamés par le système) des gens du nord, paraphrasant Zola et réclamant justice pour leur plat pays bien aimé.

L'affaire sera alors naturellement portée devant les tribunaux. C'est aujourd'hui l'usage.

[ http://www.lequipe.fr/Football/breves2008/20080331_111737Dev.html ]

Qui représentera devant la cour l'intéret des Ch'tis insultés ? Dans une République qui ne reconnait que l'individu et l'intérêt général, le problème se posera.

Cette interrogation pourra inciter le peuple de France à entrevoir dans les réformes constitutionnelles à venir (traitant d'une communautarisation du débat politique) une solution, voire même un progrès.

La recette (analogue à celle du post précédent) pour manipuler l'opinion et pour lui imposer une loi est simple:
-créer un terrain (Film),
-créer le problème (Choc émotionnel, insulte...),
-manipuler les réactions pour dégager une problématique (Stars du petit écran et autres petit-chefs de meutes),
-proposer sa solution (qui aura alors l'allure de l'ad hoc et de l'expression de la volonté populaire),
-et se féliciter (encore une fois) du bon fonctionnement de notre démocratie.


Il s'agit d'un cas d'école, l'esprit averti ne sera pas dupe de la manipulation. Comment le faire taire ?


On remarquera que les acteurs principaux du film sont un 'juif' et un 'arabe'. En soi, rien de problématique. Les gars sont attachants et transpirent la sincérité. (C'est ce qu'on m'a dit. Je n'ai pas vu cette production et ne la verrai pas. Je ne souhaite pas déformer l'image que j'ai de ma terre natale et de ses habitants.)
N'empêche qu'il sera facile d'extrapoler des propos dénonciateurs pour les qualifier d'antisémites, d'anti-arabes, de racistes, de théories du complot, de délires paranoïaques anti-'sages de Sion' ou tout autre reductions ad hitlerum.


Personne d'autre qu'un suicidé médiatique, averé ou en devenir, ne s'aventurera sur ce terrain glissant dans les media de masse... donc ça passera.


Parallèlement, il est possible que l'épisode soit récupéré à d'autres fins. On peut penser à une promotion des euro-régions ou à une augmentation des contrôles visant à la réduction de la liberté d'expression au nom de l'anti-racisme. Et au passage, on alimentera, à l'aide du deux poids deux mesures, (cf. caricatures de Mahomet) la théorie du 'choc des civilisations' et ses corollaires, à savoir la guerre et la montée des fondamentalismes réactionnaires et du terrorisme.

Pour conclure, une citation attribuée à Franklin D. Roosevelt: "En politique, rien n'arrive par hasard. Chaque fois qu'un évènement survient, on peut être certain qu'il avait été prévu pour se dérouler ainsi."



2 commentaires:

Silent Bo a dit…

"L'affaire de la banderole" est plutôt bien tombée pour clore une semaine marquée par le traitement excessif de l'information dans les media (en tout cas dans la grande majorité) :
la Mort de Thierry Gilardi traitée comme celle d'un chef d'état, le Tibet traité dans les média comme si le fascisme s'abattait du jour au lendemain sur le pays, le voyage de Sarko et de sa chantouilleuse de femme comparée à Jackie O....

Lin a dit…

Good words.